Le PLU a fait deux dommages collatéraux et a fissuré la majorité du conseil municipal

Cela aurait pu être un conseil municipal ordinaire où les délibérations auraient certes suscitées le débat, où l’opposition  aurait montré  son existence et sa pugnacité, s’il n’y avait eu au premier r point  de  l’ordre du jour la destitution de deux adjoints Gérard Bourquin, élu en charge des travaux et Hervé Martin des finances, autrement dit, deux responsables importants de la municipalité qui ont eu l’outrecuidance d’avoir voté contre l’adoption du  PLU, destitution « précipitée à partir du moment où  ça a commencé à chauffer sur le PLU  avec notamment l’avis défavorable, sur toute la ligne, du préfet le 15 décembre. »dira Hervé Martin au cours de sa longue intervention avant le vote.Photo 007

Beaucoup de monde a assisté à la séance

Gérard Bourquin et Hervé Martin démissionnés

 Déjà pareille mésaventure était arrivée sous la précédente municipalité à l’adjoint des finances René Gaussen démis de sa fonction. Hervé Fabre-Aubrespy, alors dans l’opposition, avait déclaré : «  Nous avons assisté au pitoyable spectacle d’une équipe majoritaire à la dérive, qui a étalé au grand jour des dissensions existant depuis très longtemps.»

Ce que ne manque pas de lui rappeler  Hervé Martin. Il donne les vrais raisons de sa destitution: « Le vrai motif est que j’ai exprimé publiquement mon opposition en votant contre votre PLU. Ce n’était pourtant pas une surprise, je l’avais dit très clairement lors d’une réunion d’adjoints précédant le vote. Vous pensiez sans doute que j’allais renoncer, comme le feraient certains ? » Il évoque alors son action au sein de la municipalité en répondant aussi au site « facebook » de la mairie qu’il accuse d’être diffamatoire et un outil de propagande : « En vérité je travaille, bien au contraire depuis trois ans, à assainir les finances de la commune pour retrouver précisément une certaine capacité à emprunter alors même que nos partenaires financiers ont de plus en plus de réticence à nous prêter… » Et de rajouter : « En vérité si nous arrivons, je l’espère pour la commune, à trouver encore du crédit pour ce projet d’école, et bien voyez-vous, ce ne sera que grâce à moi ». Le verdict, connu d’avance, est sans appel : sur 23 votants (l’opposition ne prenant pas part aux votes) 19 conseillers sont pour la destitution de Gérard Bourquin, parti en voyage, et 18 pour celle d’Hervé Martin.

Les autres points à l’ordre du jour

Photo 008

Une démission et deux destitutions d’adjoints à mi-mandat

Les autres points à l’ordre du jour sont adoptés : modification du règlement intérieur, sortie de la commune du syndicat du Grand Vallat (contre pour l’opposition), participation financière pour l’occupation des salles du Foyer Rural, le recrutement d’agents contractuels, la mise en place du compte épargne-temps, clôture de la ZAC de Trébillane, lancement de la procédure pour la gestion du service municipal de l’eau et de l’assainissement, adhésion à l’agence « France locale ». Les orientations budgétaires débattues. Pas d’augmentation des taux de taxes locales prévues.

Les questions orales

Photo 009

Les élus de l’opposition entendent de ne pas se faire couper la parole par le maire

Aux questions orales de l’opposition, le maire répond que l’adoption définitive du PLU avant le 27 mars dépend du commissaire enquêteur, qu’un dépôt de plaintes a été  déposé suite aux décharges illégales sur le territoire de la commune et que pour le site « facebook » de la commune, l’opposition peut toujours répondre sur le site  pour s’exprimer.

La déclaration d’Hervé Martin faite au conseil municipal

Hervé Martin

 

« Mesdames et Messieurs les Cabriésiens et Cabriésiennes

Mesdames et Messieurs les Elus
Mesdames et Messieurs du Public qui êtes venu nombreux aujourd’hui assister à ce conseil municipal et à qui je veux avant tout m’adresser, vous, qui par vos nombreux messages de sympathie et votre présence me témoignez votre soutien.
En un moment douloureux, je l’avoue, car j’avais mis tout mon dévouement et mon énergie dans les missions d’adjoint aux finances qui m’avaient été assignées.

De quoi s’agit-il ce soir ?

Tout simplement de mon EXCLUSION que le maire a souhaitée, et qu’il demande au Conseil municipal de CONFIRMER.

C’est le choix qui vous est laissé et qui engage devant la population VOTRE RESPONSABILITE.

Mais avant cela, je souhaite vous donner à vous ainsi qu’aux habitants de Cabriès mon sentiment.

Je remarquerai tout d’abord que la saison n’est décidément pas favorable aux Adjoints aux finances de Cabriès, puisqu’ici même, en mars 2013, M. René Gaussen fut destitué par « ses ex -collègues » de la majorité.
A ce propos, il est amusant de reprendre ce que M. Fabre Aubrespy, qui était dans l’opposition,écrivait à ce moment-là : « …nous avons assisté au pitoyable spectacle d’une équipe majoritaire à la dérive, qui a étalé au grand jour des dissensions existant depuis très longtemps»
IMPITOYABLE ECRIT ! , Monsieur Fabre -Aubrespy dont le bilan en la matière est désormais bien lourd , puisque vous comptez 4 démissions de brillantes personnalités au cours de votre premier mandat, et déjà, au milieu de celui-ci, 1 démission et 2 demandes de destitution, là encore de personnalités d’expérience et me semble-t-il dévouées.

Est-ce pour les mêmes motifs que ceux invoqués à l’époque contre M. Gaussen ?

Son équipe lui reprochait d’être trop rigide et d’être un frein aux investissements et réalisations de la commune.

Pour ce qui me concerne, durant ces trois années j’ai fait voter des budgets d’investissements confortables. Mais ils n’ont jamais été utilisés entièrement par l’équipe municipale, faute de mise en œuvre des projets prévus.  Donc, il n’y a rien de comparable.

Alors quoi ?

J’entends, M.le maire, vos motifs et vos vaines affabilités.

– En réalité, Tout est dans le PLU et rien que dans le PLU !Vous essayez de travestir les vrais motifs de ma RELEGATION, mais on ne s’y laissera pas prendre : le vrai motif est que j’ai exprimé publiquement mon opposition en votant contre votre PLU.
Ce n’était pourtant pas une surprise, je l’avais dit très clairement lors d’une réunion d’adjoints précédant le vote. Vous pensiez sans doute que j’allais renoncer, comme le feraient certains ?

Désolé ce n’est pas dans mon caractère.

Ma relégation s’est précipitée à partir du moment où « ça a commencé à chauffer sur le PLU » avec notamment l’avis défavorable sur toute la ligne,du préfet, le 15 décembre.

« Quand le bras a failli, on coupe la tête » dit un proverbe : ce n’est pas votre conception, semble-t-il, puisque pour vous, M. le Maire il vous fautla tête des autres !

C’est donc le 19 janvier 2017 que j’ai eu pour la première et seule fois une convocation de votre part où vous m’avez exprimé votre colère pour ma prise de position publique et m’avait encouragé à démissionner. Ce que j’ai refusé.


Je suis donc Mesdames et Messieurs un dommage collatéral du PLU !

Mais vous essayez M. le Maire de travestir cette vérité toute simple.
J’ai appris ce matin par le Facebook
de la mairie (que vous utilisez désormais comme un outil de propagande) que je m’opposais au projet du nouveau groupe scolaire de Cabriès afin de me discréditer auprès de la population.Propos diffamatoires pour lesquels je vous demanderai d’apporter les preuves devant qui de droit.

Il faut que nos concitoyens sachent qu’en vérité je travaille bien au contraire depuis trois ans à assainir les finances de la commune pour retrouver précisément une certaine capacité à emprunter alors même que nos partenairesfinanciers ont de plus en plus de réticence à nous prêter.

En vérité si nous arrivons, je l’espère pour la commune, à trouver encore du crédit pour ce projet d’école, et bien voyez-vous ce ne sera que grâce à moi.

Mon rôle d’adjoint aux finances a été seulement d’attirer l’attention sur les choix budgétaires que nous avions à opérer, à la fois pour financer l’extension de l’école de Trébillane et celle d’Auguste Benoît. Si cela est une opposition, il faudrait requalifier les termes du dictionnaire français !


Encore une fois, vos motifs sont bien tardifs pour évoquer une mise en cause de l’intégrité du groupe car jusqu’à la date du 19 janvier 2017 rien ne m’a jamais été reproché en ce sens.

 

Vous Arguez de la défense d’un intérêt personnel ?  Mais :
– Que je sache ?  le PLU auquel je me suis opposé dans son ensemble en votant « Contre » concerne toute la commune !
– Que je sache ? le quartier du Gay que je défends plus particulièrement en dénonçant le projet d’OAP « Canto Perdrix » fait bien partie intégrante de la commune !Il mérite tout autant que les autres qu’on défende les 200 foyers qui sont concernés ?
– Que je sache ?  je n’y possède pas, moi, de terrains dont j’attends un reclassement de zonage plus favorable pour mon intérêt personnel ?
– Que je sache ?  je n’ai pas participé, moi, aux réunions d’élaboration du PLU pour avantager particulièrement le quartier où je demeure?
Comme on le voit, on peut défendre tels ou tels quartiers que l’on y habite ou pas.

Combien de fois, Chers Concitoyens, ai-je entendu à la tête de cette équipe majoritaire municipale :« il faut se soumettre ou se démettre ».
Opinion bien dépassée de l’expression démocratique et du rôle de l’élu quand on connait toutes les dernières lois qui viennent garantir le libre exercice du mandat d’élu !
Opinion, je suis au regret de vous le dire, bien étriquée de la« solidarité » ou de « l’esprit de groupe » qui était alors invoqué.

Car en effet :
– Qu’est-ce que la Solidarité quand elle n’est que l’expression de la soumission ?
– Qu’est-ce que la Solidarité quand elle exige le reniement de ses propres valeurs ?

– Qu’est-ce surtout que la Solidarité quand elle est contraire à l’intérêt de la commune, seul devoir dont m’ont investi les électeurs ?

J’ai appris aussi, sur le facebook de la mairie, que soudain je manquais d’esprit d’équipe

1/Pour moi, voyez-vous, l’esprit d’équipe c’est de laisser aujourd’hui à ma commune un bilan financier bien plus équilibré que lors de ma prise de mission et qui lui permettra encore, cette année au moins, d’envisager un montant correct d’investissements comme en 2016.Je dis « cette année au moins » car la situation financière de la commune demeure extrêmement fragile et préoccupante. Et mon devoir était d’y veiller.

2/Pour moi, l’esprit d’équipe, c’est d’avoir offert à tous les fonctionnaires avec qui j’ai travaillé (ou auprès de qui je me suis rapproché), toutes les raisons de mieux aimer encore le beau métier qu’ils font. Je souhaite les remercier ici pour les bons souvenirs qu’ils me laissent, et notamment bien sûr les services financiers qui ont toujours su s’adapter à de nouvelles méthodes que nous avions définies ensemble.

3/Pour moi, l’esprit d’équipe c’est de m’être rendu à toutes ces réunions ou manifestations municipales auxquelles manquaient trop souvent de trop nombreux élus de la majorité(ceux-là même qui seront appelés ce soir à juger de « mon esprit de groupe !»).

4/Pour moi, l’esprit d’équipe c’était aussi de ne pas m’éloigner, pas un seul jour, pas même pendant mes courtes vacances, de mon ordinateur afin de m’assurer qu’aucune signature ne vienne à manquer pour l’avancement des projets municipaux.

5/ Pour moi, la Solidarité, en tous cas avec les citoyens, c’était aussi de défendre les quartiers du Gay et Vaneu qui font partie intégrante de la commune, contre cette OAP insensée de Canto Perdrix ; et de m’élever contre le PLU dans son ensemble.

Alors, oui, de quoi, suis-je donc coupable aujourd’hui ?

Voyez-vous M. le maire, tous vos arguments en vérité ressemblent à ceux d’une personne aux abois, la population ne s’y trompera pas.

En fait vous m’accusez de n’avoir jamais complètement perdu le souvenir et même jusqu’à la notion de ce qu’est la liberté de penser ?
D’avoir toujours pensé en homme d’action et agit en homme de pensée ?

 Voilà celui qui est « jugé » ce soir par vous, les élus, devant les habitants de la commune.

 Je vous remercie Mesdames et Messieurs de votre attention. »

 

 

Publicités