Après sa destitution où il fut absent, Gérard Bourquin adjoint aux travaux a tenu à s’expliquer lors du dernier conseil municipal. Afin que chacun puisse être informé voici sa déclaration faite le 23 mars 2017:

« Mesdames et Messieurs les élus. Mesdames et Messieurs du Public. Mesdames et Messieurs les habitants de la Commune de Cabriès-Calas

 

Je tiens tout d’abord à remercier tous les nombreux habitants de Cabriès/Calas qui m’ont apporté  leur soutien, et tous ceux qui m’ont adressé des  messages de sympathie lors de ma destitution, le 27 février 2017 du poste de 4éme adjoint, délégué AUX TRAVAUX de notre Municipalité.

 

Je veux aussi remercier les élus qui, par leur vote ou leur soutien amical se sont manifestés en faveur de mon maintien en poste, ainsi qu’aux élus qui ont eu le courage d’exprimer leur vote d’opposition à la destitution, en leur âme et conscience, défiant toutes pressions, et se positionnant comme ‘frondeurs’ envers la majorité municipale.                                              « tout comme M. Fillon et les soutiens à sa candidature présidentielle », « comme cela a été fièrement exprimé sur Face book ».

 

Soyez fiers de votre vote! Nous sommes des femmes et des hommes libres ! On peut nous enlever notre délégation, mais pas notre liberté de penser, ni de s’exprimer !!!!

 

Je n’oublierai pas de remercier aussi les élus de l’opposition, qui lors de ce même conseil municipal, s’est exprimée à l’égard de l’exercice de ma fonction d’adjoint AUX TRAVAUX avec justesse et professionnalisme.

 

J’adresse également un remerciement « reconnaissant »  aux membres du conseil municipal venus spécialement pour voter la destitution de M. Hervé Martin et de moi-même et qui sont partis très rapidement après le vote.

Mes remerciements à vous, M. Le Maire qui, malgré mon absence annoncée, avez maintenu CETTE date déjà renvoyée à 5 reprises, soit 5 semaines de suite et en avez profité pour faire exécuter vos basses œuvres, par les élus majoritaires.

Merci donc pour votre IMMENSE courage.

Après ce préambule, je voudrais maintenant vous exprimer quelques points qui vous permettrons de mieux appréhender la situation et de ne pas laisser prospérer des rumeurs inexactes, propagées par certains membres du conseil municipal.

Malgré mon absence lors du conseil municipal évoqué, absence pour raisons familiales que j’avais d’ailleurs communiquée à tous les élus avant que la date n’ait été notifiée, une partie des membres de la majorité municipale n’ont pas hésité à voter ma destitution.

En outre le vote supposé être secret, a pu être connu du public, de par la proximité des personnes assistant au conseil, et la promiscuité des votants.

La mise en scène a été efficace, BRAVO aux têtes bien pensantes qui ont élaboré la stratégie du vote secret-public  !!!

A ce propos je peux rappeler ce qui a déjà été dit par M. Hervé Martin le 27 février 2017.

Je cite :

« Lors de la destitution de monsieur René Gaussen, destitué lui aussi par ses ex-collègues de la majorité en mars 2013, il est amusant de reprendre ce que monsieur FABRE-AUBRESPY, qui était, je le rappelle, dans l’opposition, et écrivait à ce moment là : «  …..Nous avons assisté au pitoyable spectacle d’une équipe majoritaire à la dérive, qui a étalé au grand jour des dissensions existantes depuis très longtemps »

Impitoyable écrit, Monsieur Fabre- Aubrespy dont le bilan en la matière est désormais bien lourd, puisque vous comptez 4 démissions de brillantes personnalités au cours de votre premier mandat, et déjà, au milieu de celui-ci, 1 démission et 2 demandes de destitution, là encore des personnalités d’expérience et, me semble-t-il, dévouées ».   Fin de citation.

J’ajouterai enfin qu’il est regrettable que le postulat cher à M. Le Maire,  je cite encore :   « Il faut se soumettre ou se démettre », s’applique  aux élus qui se sont investis pour donner le meilleur de leurs compétences à notre commune, et que, si notre liste a gagné les élections de mars 2014, c’est bien grâce à chacun d’entre nous. Fin de citation.

Pour en venir à l’essentiel, je voudrais préciser les motifs qui ont conduit M. Le Maire à procéder tout d’abord à mon exclusion du groupe majoritaire, puis à ma destitution. Il m’est ainsi reproché :

D’avoir contesté l’attribution de certains appels d’offre, décidée par les employés territoriaux, passant outre l’élu en charge et sans sa validation

D’avoir dénoncé que Madame la première adjointe imposait aux services techniques des choix de prestataires qui sont proches de certain élus. (Méthode reprochée au candidat  Fillon, ce qui lui a valu une mise en examen).                                                                                                                                                               D’avoir tenté d’empêcher des décharges sauvages de décombres à la cave coopérative et dans nos collines (site de la Mère) par un entrepreneur qui se trouve être le conjoint d’une élue….décharges dont s’est plainte une autre adjointe, jusqu’à ce qu’elle découvre l’identité de l’entrepreneur, ce qui a mis fin à ses plaintes

D’avoir été contraint à ne pas participer au vote du PLU, en raison de mon désaccord avec la manière dont celui-ci a été réalisé par seulement une poignée d’adjoints dociles ; les autres adjoints et conseillers n’ayant pas été consultés, ni mis au courant des études.

Et enfin un dernier motif, mais non le moindre, qui me concerne personnellement :

d’avoir reproché à M. Le Maire  le soutien qu’il a accordé au DGS, qui a porté contre moi une accusation outrageuse pour l’homme intègre que je suis.Il a en effet écrit à mon sujet, je cite :

« …il y a eu manifestement collusion et entente (avec une entreprise) avant la mise en concurrence ».

Je lui ai demandé des excuses écrites qu’il ne ma jamais adressées.

C’est pourquoi j’ai demandé à mon avocat d’intenter des recours auprès des instances civile et pénale. Mais ceux-ci n’ont pas été retenus par M. le Procureur, et ont été classés sans suite, curieusement.

Mesdames et Messieurs,

Mon engagement politique dans le sens noble du terme, pour lequel je milite depuis longtemps, me conduit à souhaiter pour notre commune, qu’elle soit gérée par des femmes et des hommes avec autant de respect que ce que je l’ai fait depuis ma prise de fonction d’adjoint aux travaux.

Je continuerai au sein du Conseil Municipal à contribuer au développement durable et raisonné de cette commune, où j’ai choisi d’habiter, et qui m’est si chère.

Je demande à ce que ce présent document soit annexé, in extenso, au procès verbal de la séance de ce Conseil Municipal. (3 pages)

Je vous remercie de votre attention. »

 

Cabriès le 23 Mars 2017

Publicités