Bon anniversaire Albert Laumay !

 

Il a fêté ses 107 ans à la maison de retraite l’Occitanie à Calas

Albert Laumay a 107 ans. Il est né le 22 février 1910 à Grenoble, mais a vécu avec son épouse et ses trois filles la plus grande partie de sa vie à Marseille et  a pris  sa retraite en 1975, après avoir travaillé dans une petite entreprise d’électro-ménager.   Il est le dernier survivant d’une fratrie de 5 enfants. Il se classe au 15ème rang des hommes français centenaires les plus âgés  qui étaient 21 000 au 1er janvier 2016. Et si les tendances actuelles se prolongent, la France pourrait compter en  2070 270 000 centenaires, soit treize fois plus qu’aujourd’hui.

Aussi, la maison de retraite « l’Occitanie » à Calas, commune de Cabriès où réside sa fille le Docteur Jacqueline Bazan,  s’était  mise en fête pour souhaiter un bon anniversaire à Albert Laumay en présence de sa famille, des amis  et du maire de Cabriès Hervé Fabre-Aubrespy,  venu lui remettre un cadeau souvenir au nom de la commune. Albert  a demandé, pour la circonstance, à l’animateur musical de lui passer la chanson « le petit vin blanc » que la salle s’est, bien sûr, empressée  de reprendre en chœur. S’il a un peu plus de difficulté à se déplacer, Albert Laumay a toujours bon œil malgré  une DMLA et encore toute sa tête. Micro en main, très ému, il a tenu lui-même à remercier l’assistance et s’il n’a pas dansé il a tenu à faire quelques pas sur la piste entouré   de ses deux filles. Il a soufflé les bougies  d’un  superbe  gâteau  partagé avec tous les invités et les pensionnaires de la maison. Il se tient toujours au courant  de l’actualité en écoutant la radio muni d’un casque. Comme il le fait depuis des années, il a sûrement  pris du « gingo biloba ». Albert Laumay avoue qu’il n’a jamais de médicament. Est-ce le secret de sa longévité ? Pour ses 105 ans, il avait déclaré philosophe : « C’est le hasard et la chance ! » Bon anniversaire !

Réunion publique

affichette-reunionla-rance-en-commun

recto-programme

COMITE DE SOUTIEN

 

Deux élections  importantes  vont  se  dérouler en  2017.

Les médias vous font croire que l’élection  présidentielle est déjà jouée avant que les électeurs se soient prononcés.

Faut-il se résigner à une telle situation, née en grande partie  de la déception  de la politique du gouvernement Hollande-Valls, converti au néo libéralisme comme beaucoup d sociaux-démocrates en Europe.

Vous, qui avez permis à l’époque l’élection de Roger Meï à l’Assemblée Nationale à deux reprises,  vous avez votre mot à dire pour que la gauche retrouve ses couleurs et se qualifie pour le second tour de la présidentielle avec Jean-Luc Mélenchon, le mieux placé,  porteur de propositions audacieuses.

Il a besoin de notre soutien pour combattre la droite revancharde et l’extrême-droite ripolinée à la peinture bleu marine

André Molino, maire de Septèmes-les Vallons et l’universitaire Anne Mesliand, sa suppléante, ancienne conseillère régionale, soutenus  par le PCF sont  candidats de la gauche qui rassemble  à l’élection législative « Uni(e)s pour l’humain d’abord ». André Molino a  donné son parrainage à Jean Luc Mélenchon quand trois autres maires de la 11ème circonscription  soutiennent François Fillon et le cinquième Emmanuel Macron.

André Molino et Anne Mesliand porteront donc les espoirs de la gauche anti- austérité, celle qui ne vire pas à droite, qui reste fidèle à ses valeurs et à ses engagements.

Ils ont besoin de votre soutien et comptent  sur vous pour faire partie du comité de Cabriès- Calas

 Pour le comité de soutien ;

Colette Dion :       dioncolette@orange.fr; téléphone : 06 87 11 09 77

Alain Peynichou : a.peynichou@orange.fr; téléphone : 06 07 79 79 16

Voeux de la municipalité

Une cérémonie de voeux  traditionnelle

dsc_0042

Plus de 200 personnes ont assisté aux vœux de la municipalité dans la salle d’armes du complexe sportif Raymond-Martin en présence du Sous-Préfet  Goutheyron, du député Christian Kert et de nombreux maires. Une vidéo retrace les principaux événements  qui se sont déroulés  au cours de l’année 2016 dans la commune.

dsc_0043

 Le maire  a indiqué que Cabriès restera sa priorité  

Entouré des élus du  conseil municipal, le maire Hervé Fabre-Aubrespy, au cours de son intervention,  rappelle les actes terroristes qui ont endeuillé le pays, évoque le Brexit britannique et les prochaines échéances électorales,  en n’oubliant pas de d’indiquer sa préférence pour Fillon.

 

dsc_0044Au niveau local, après avoir fustigé l’opposition qui ne «  propose rien »,  il  regrette la baisse des dotations de l’état, la mise en place de la Métropole «  qui se noie et dont la dette est considérable » et mentionne toutes les réalisations effectuées et à venir. Il incite les habitants à se manifester lors de l’enquête publique sur le PLU qui a reçu un avis défavorable des services de l’état. Il termine son allocution par des remerciements aux composantes de la vie municipale et aux élus présents.

dsc_0046

 La cérémonie se clôt par une vibrante Marseillaise.  

 

Les baux du Parc-club de l’Arbois toujours en question

Dernière séance du conseil municipal de l’année où l’on apprend que l’enquête publique sur le PLU se déroulera du 27 décembre 2016 au 3 février 2017

conseil-2-14-12-16

Après les formalités d’usage qui ont vu l’adoption des PV  et l’examen des décisions du maire, le conseil examine les 10 délibérations concernant les affaires générales de la commune. Si sept sont votées à l’unanimité : convention de collaboration entre la métropole pour le plan d’insertion pour l’emploi, transfert de compétence pour l’infrastructure  à l’usage de véhicules électriques, convention pour un groupement de commandes avec le CCAS, fixation des ouvertures dominicales des commerces, adoption du règlement intérieur du restaurant municipal, du bail pour « la guinguette », l’opposition s’est abstenue au sujet de la convention d’aménagement pour la construction d’une halle aux sports .Elle  a voté contre le retrait du syndicat intercommunal du Grand Vallat et contre aussi les  nouveaux baux commerciaux du Parc Club de l’Arbois.

Au sujet du syndicat intercommunal, le maire met en avant le coût de la participation qui s’élève annuellement à 150 000€ sans aucune contrepartie pour le collège. Pour lui, il n’y aura pas d’impact financier pour la commune, ce qui laisse  l’opposition dubitative surtout lorsqu’on sait qu’il reste plus d’un million d’emprunts à rembourser. Pour elle, la facture doit se monter à 500 000 € et prend acte de la déclaration du maire « qui a pris une délibération sans en connaître le coût. »

Pour les baux du parc-club de l’Arbois, « c’est un véritable imbroglio », dit l’opposition et qui se solde par un cadeau fait aux sociétés JML et les jardins de l’Arbois pour un loyer annuel de 35 000€ au lieu de 50 000€ initialement prévus,  après la mise en redressement  judiciaire de la société « Arbois développement. »

Le conseil municipal prend acte des rapports annuels sur le prix et la qualité des services de l’eau et de l’assainissement,  du SPANC et de l’élimination des déchets. Ils votent aussi à l’unanimité des subventions aux associations Arts K Danses et à l’UNSS, la taxe sur les terrains devenus constructibles, la convention avec la CAF, les rétrocessions  de parcelles par l’ERDF sur l’avenue Raymond-Martin. L’opposition s’abstient sur les décisions modificatives du budget et de l’eau.

Questions orales de l’opposition

L’opposition demande au maire si la commune a porté plainte suite à la décharge illégale des déchets. Il répond par la négative et précise qu’il a saisi « l’APAVE » qui lui a remis son rapport le 14 décembre dans lequel « il y a absence d’anomalies dans les échantillons analysés. » Et pour lui « le producteur  est responsable de la gestion des déchets. » On ne devrait pas en rester là.

Le maire donne les dates de l’enquête publique sur le PLU : du 27 décembre au 3 février consultable au centre technique municipal du lundi au vendredi sauf le 2 janvier de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30. Il précise qu’il y a eu de nombreuses observations qui sont parvenues en mairie et qu’il n’a pas l’intention de les rendre publique.

Philippe Pascot dénonce les privilèges des élus de la République

dsc_0117

Jean Sansone le président de  Cabriès Défense Développement et Philippe Pascot ont animé la réunion

 

La toute jeune association « Cabriès Défense Développement » organisait une conférence  sur la corruption en politique.

En introduction, son président Jean Sansone  rappelait l’action de « C.D.D »  pour faire cesser les décharges illégales de terre sur la commune après la noria de 200 camions venus déverser de la terre et des gravats dans la colline près du chemin de Saint-Victor où il demeure. Il  rappelait aussi son intervention auprès de la mairie, des services préfectoraux  et de la Dreal.

Pour Philippe Pascot, il ne s’agit pas de décharge mais des abus et des privilèges de nos « chers élus ». Il remercie la cinquantaine de personnes venues l’écouter dans la salle des seniors, « des gens décidés à ne pas se laisser faire ». Philippe Pascot bûche son look. Chapeau blanc, écharpe autour du cou, il se présente en héros de l’anti corruption, signalant au passage qu’il vient d’adhérer depuis quatre jours à « Anticor » et exige la transparence. D’entrée, il annonce : «  les élus sont là pour servir et non pour se servir ! » Le ton est donné bien qu’il se défende de faire le jeu d’un certain parti politique. « Je ne dis pas qu’ils sont tous pourris », dit-il à plusieurs reprises .Lui-même a été élu à la mairie d’Evry  où il fut pendant 9 ans adjoint à la culture de Valls et aussi conseiller régional. Si bien qu’il considère « nos élus comme des employés car c’est nous les payons.» Va suivre de nombreux exemples de dérives légales de frais de représentation « qu’il faudrait justifier et non pas pour servir à autre chose », d’utilisation de véhicules de fonction, d’indemnités multiples suite à plusieurs mandats électifs (« certains en ont trois »). Il dénonce l’absentéisme des parlementaires, le « verrou de Bercy » (il faut que le ministre donne son accord pour poursuivre  les fraudeurs en justice).Bref, Philippe Pascot est bien documenté et  il se bat contre le système. « 30% des parlementaires ont à faire à la justice ou au fisc », assène-t-il.

Pour un casier judiciaire vierge (B2, B3) pour être élu ou réélu

Tel le Chevalier blanc anti- corruption, il veut s’attaquer à un problème précis qui hante pour l’instant sa vie : le casier judiciaire. Son argument est simple et de bon sens. « Pourquoi faut-il un casier judiciaire vierge pour être pompier, taxi, fonctionnaire…et pas pour être élu ? », dit-il. N’oubliant pas de souligner « qu’il sera plus facile  de les empêcher de se présenter que les obliger de démissionner. », en invitant les participants à signer la pétition en ligne : « Mes opinions.com /casier judiciaire » et bien sûr à lire ses livres «  Pilleurs d’Etat » et « Du goudron et des plumes » qu’il dédicacera en fin de réunion en rappelant qu’ils font partie des 10 meilleures ventes pour un tirage de 100 000 exemplaires . A  1€ par livre pour l’auteur,  faites le calcul. Quant à la question du vote à la prochaine élection présidentielle, il dit mettre le bulletin « Allez presque vous faire foutre » au second tour après s’être abstenu au premier. D’ailleurs, il  est pour le vote obligatoire pour que le vote blanc soit enfin compté, car actuellement, l’abstention atteint des sommets et il fait la démonstration que les dirigeants sont élus avec un faible pourcentage des inscrits.

Philippe Pascot est très prolixe .Il  sait intéresser  son auditoire  .Il connaît bien son sujet  et dit se battre pour « mettre des élus intègres aux postes de responsabilités. » Pour lui, le casier judiciaire vierge est un premier pas, mais cela suffira-t-il ?

 

 

 

Grand chelem pour les USA

machevec-matsubuchi Plus de 400 fleurettistes  engagés pour les épreuves de fleuret  cadet (hommes et dames) comptant pour le circuit européen  à Cabriès.

 

La précédente édition avait vu les Russes  dominer cette coupe mondiale. Cette année, ce sont les cadets américains et les cadettes américaines qui l’ont emporté dans les épreuves individuelles et aussi par équipes  en l’absence des numéros 1 russes.

Chez les garçons, on trouve dans le tableau final de 8 : trois américains, trois japonais et  deux Français Baptiste Archimbaud éliminé par le Japonais Matsubuchi (15-7) et Kin-Ulrich Seytor éliminé lui aussi en quarts par l’Américain Andrew Machovec (15-10). Si bien qu’en demi-finale, c’est un match USA-Japon.qui est proposé. Simpei Matsubuchi   l’emporte sur l’Américain Andrew  Zheng (15-8) et dans l’autre demie, c’est l’Américain  Andrew  Machovec qui gagne sur Kyota Kawamura (15-12). En finale, Andrew Machovec ne fra qu’une bouchée  de Simpei Matsubuchi

Chez les filles, c’est un peu le même scenario qui se produit sauf que la fleurettiste de Singapour Amita Berthier est venue se mêler à la lutte pour la victoire en éliminant la Japonaise  Tosa (15-11) en quarts. Elle est battue ensuite par la Japonaise Yuka Ueno (15-7) tandis que dans l’autre demi-finale, Natalie Minarik l’emporte nettement  sur sa compatriote Ever Marinelli (15-5) si bien que, là aussi,  les nombreux spectateurs qui ont pris place dans les tribunes du complexe sportif assistent à un nouveau USA- Japon qui va tourner à l’avantage là aussi de l’Américaine Natalie Minarik à l’issue d’un combat très serré (15-14)

Les équipes américaines impériales

Trente -deux équipes engagées chez les cadets et vingt chez les cadettes et à la fin c’est encore les USA qui gagnent.sur les deux tableaux. En demi-finale hommes, les Américains l’emportent facilement sur les Danois (45-19) tandis que les Français parviennent à éliminer les Japonais (45-35). En finale, ils ne feront le poids face à des Américains intenables (45-25) bien emmené par Andrew Machovec, vainqueur la veille de l’épreuve individuelle.

Chez les filles, victoire aussi des Américaines. Après avoir sorti le Canada (45-35), elles affrontent en finale les Japonaises  qui éliminent les Russes en demie. Le combat fut serré, mais toujours les Américaines font la course en tête même si les fleurettistes nippones sont près d’égaliser  à 25-24. Là aussi, grâce à Natalie Minarik la gagnante de la veille, les USA l’emportent 38-32 permettant à son pays de réaliser le grand chelem pour les quatre compétitions de cette 14ème coupe mondiale

dsc_0018-001

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

Classements individuels

 

Fleuret hommes

1 Machovec    Andrew (USA) ; 2 Matsubuchi Shimpei (Japon) ; 3 Kawamura Kyota (Japon)

3 Zheng Andrew (USA) ; 5 Seytor   Kim-Ulric (Bourg La Reine) ; 6 Cheng Julian (USA) ; 7 Nakamura Taro (Japon) ; 8 Archimbaud Baptiste (Paris Tour d’Auvergne)… (205 classés).

Fleuret dames

1 Minarik Natalie (USA) ; 2 Ueno Yuka (Japon); 3 Berthier Amita (Singapour) ; 3  Marinelli  Ever (USA) ; 5 Memoli Claudia (Italie) ; 6 Tosa Yukino (Japon) :7 Bikbulatova      Adelin (Russie) ; 8 Martos Sara (USA) ; 9 Lacheray Eva             (Sochaux Montbéliard)… (198 classées)

Classements par équipes

Fleuret hommes

1 USA ; 2 France ; 3ex Japon et Danemark

Fleuret dames

1 USA ; 2 Japon ; 3ex Russie et Canada

Légendes :

 

 

Andrew Machovec (USA) bat Matsubuchi (japo) enfinale (15-6)

 

L’équipe de France s’incline 45-25 devant  Les USA

 

Photos AP

 

Vive le cross des écoles

dsc_0006

Plus de 700 élèves de s écoles élémentaires de la commune ont participé aux cross

Disputé la veille des congés de Toussaint, le traditionnel cross des a vu plus de 700 élèves des écoles élémentaires de la commune participer la matinée aux courses prévues par les responsables des sports municipaux à travers la pinède du complexe sportif Raymond-Martin avec arrivée sur le terrain de foot. Ce sont dix vagues qui se sont succédé. Comme le soleil brillait, comme l’organisation était impeccable, cette journée sportive fut un réel succès. De beaux vainqueurs récompensés par le maire Hervé Fabre-Aubrespy et les élus municipaux présents dont Marlène Bertrand adjointe à l’éducation et Arnaud Deshayes délégué aux sports ainsi que le directeur des sports Joël Niollon

Podium des CP

Filles : 1 Gouiran Manon (Ecole Auguste -Benoit); 2 Lay -Tonda Emma (Petit Lac) ; 3 Chaulet Clémence  (Auguste-Benoit) Par  école Auguste Benoit (Mme Venaut)

Garçons:1 Trépier Alexandre (Trébillane) ;   2 Liccia Romain (Petit Lac) ; 3 Blouin Arthur (Trébillane)

PAR 2COLE/Trébillane (Mme Oakes)

Podium des CE1

Filles: 1 Lorre Alexia (Ecole Auguste –Benoit)); 2 Gaurenne Laia (Petit Lac); 3 Sanya Ambre (Trébillane)

Par école : Trébillane (Mme Duranty)

Garçons: 1 Anglade Adrien ;(Trébillane) ; 2 Franchi Lucas ; 3  Rhamouni Mathys (Auguste-Benoit)

Par école : M.Sammut

Le podium des CE2

Filles: 1 Tripier Lila (Petit Lac); 2 Chorel Thalie (Auguste-Benoit); 3 Bocquet Oriane (TA)

Par école : Petit Lac (Mme Ouldamar)

Garçons: 1 Lenthier  Pierre (Trébillane) ; 2 Ménager Léandre ;3 Martino Alexandre (Petit Lac)

Par école : Petit Lac (Mme Ouldamar)

Le podium des CM1

Filles: Dollé Léa (Trébillane);2 Roy Gabrielle ( Auguste_Benoit) ;3 Mieugard Ambre (Petit Lac)

Par école : Petit Lac (Mme Julien)

Garçons:1 Mathé Grégoire ( Trébillane); 2 Bertrand Mathis( Trébillane);   3 Gourioux Baptiste (Trébillane)

Par école : Trébillane (Mme Chorel)

Le podium des CM2

Filles: 1 Pons Inès (Petit Lac)  2 Lombard Ophélia (Trébillane); 3 Sautel Léane (Trébillane)

Par école : Trébillane

Garçons: 1 Barthélémy Alix (Petit Lac) ; 2 Franchi Enzo (Petit Lac) ;3 Leblay Mathis (Trébillane)

Par école : (Bensehila)

ARMISTICE

En ce  jour du 11 novembre, j’ai une pensée émue pour tous ceux et celles qui sont morts pour la patrie et particulièrement pour l’instituteur Auguste Benoit dont l’école de Cabriès porte le nom depuis 1992.auguste-benoit

Voilà ce que j’écrivais pour préparer l’inaugurationjournal-de-lecole-p1

Voilà ce que j’ai dit le jour de l’inauguration

« C’est avec simplicité, chaleur et solennité que l’école de Cabriès toute entière est heureuse de vous accueillir en ce jour du 11 novembre 1992 où elle prend officiellement le nom de Auguste Benoit, instituteur de Cabriès, mort au champ d’honneur le 6 décembre 1914 à Lombaertzyde en Belgique sur le front des Flandres où tant de soldats sont morts pour s’opposer au plan allemand Schieffen : il faut envahir la Belgique neutre pour venir à bout rapidement de la France et de l’Angleterre  puis se retourner ensuite contre la Russie.

Sergent au 163ème régiment d’infanterie, Auguste Benoit est envoyé sur le front de l’Yser avec son bataillon après avoir combattu dans la Meuse.

Toutes les troupes disponibles sont jetées dans cette course à la mer qui transporte tous les belligérants dans les sables mouillés des Flandres où les soldats ont du mal à se protéger.

Au prix de très grands sacrifices en vies humaines, les troupes françaises appelées en renfort permettent de stopper l’offensive allemande.

A partir de ce moment-là, on sait que la guerre sera longue. C’est dans ce coin des Flandres, à Lombaertzyde près d’Ostende, que mourut le 16 décembre 1914 Auguste Benoit.

                                 Et Cabriès n’a jamais oublié.

Aussi comment ne pas se réjouir de ce choix qui donne à jamais à notre école le nom de Auguste-Benoit, son instituteur, qui lui-même a donné sa vie  à la Patrie pour que la France vive libre.

Au cours de ces longues années qui nous séparent de sa disparition, les choses ont tranquillement mûri et la plaque souvenir confectionnée à l’époque par ses anciens élèves, toujours présente dans l’école n’est pas étrangère à ce choix fait par les nouvelles générations.

Désormais, Auguste Benoit a pris place dans nos cœurs et son souvenir à jamais immortalisé dans la mémoire de notre village.

Après quarante sept ans de paix pour notre pays, la guerre de 14-18 paraît aujourd’hui presque irréelle. On a du mal à en imaginer toutes les horreurs. Les souvenirs atroces s’effacent peu à peu de nos mémoires.

Aussi, il est de notre devoir, à nous les éducateurs, de rappeler ces sacrifices faits par nos aînés et d’œuvrer pour que la paix règne partout sur la planète.

Samedi 1er août 1914. Il est huit heures lorsque le télégramme annonçant la mobilisation générale parvient à la poste de Cabriès. Le maire de l’époque Marius Nardy est officiellement informé qu’il faut se préparer à l’affrontement.

Tout est si vite arrivé depuis ce 28 juin où l’archiduc d’Autriche est assassiné à Sarajévo.

L’Autriche déclare la guerre à la Serbie, l’Allemagne soutient l’Autriche, la Russie soutient la Serbie. La France, la Russie, l’Angleterre à leur tour rentrent dans le conflit : un engrenage infernal qui mobilisera 65 millions d’hommes à travers le monde.

La nouvelle de la guerre est arrivée à Cabriès. Les hommes se rassemblent devant la mairie. Ils plaisantent, regardent leur affectation sur leur fascicule de mobilisation. Auguste Benoit a quitté sa classe. Pour eux, la victoire ne fait aucun doute. Cela fait tellement d’années que l’on attend la revanche pour récupérer l’Alsace et la Lorraine. Ils se donnent rendez-vous à Berlin pour être à la maison à Noël. Ils ne savaient pas encore ce qu’ils allaient endurer pendant ces quatre années. Ils seront 138 de la commune à partir dès les premières heures, 33 ne reviendront pas.

Aussi, lorsque le 11 novembre, 1918, toutes les cloches de France se mettent à sonner pour annoncer l’armistice, le vieux clocher de Cabriès rappelle longuement lui aussi que l’horreur est bien achevée. Enfin c’est la paix !

Sur la place du village, devant la mairie, on s’embrasse, on pleure de joie, on pleure les disparus, on jure que ce sera la »der de der ».

Les larmes succèdent aux rires. La victoire a coûté cher à la France avec près d’un million cinq cent mille morts. La victoire a coûté cher à Cabriès. Combien sont revenus gazés, diminués, meurtris.

La France a payé un lourd tribut.

Soixante dix-huit ans après, Cabriès se souvient et n’a pas oublié.

L’école Auguste-Benoit sera toujours là pour en témoigner. »

Puis j’ai lu la lettre  écrite le 5 novembre 1914 que son arrière petit-fils Christopher Hines m’a apportée des USA peu de  temps avant la cérémonie et que j’ai découverte en la lisant. Je n’ai pas failli finir de la lire tant j’avais la gorge serrée lisant les mots d’Auguste Benoit. Il mourra le 14 décembre 1914. Sa fille Renée qui habitait Salon et présente à l’inauguration, avait 2 ans à la mort de son père.

En y repensant, j’ai les larmes aux yeux qui me reviennent.

 

lettre-auguste-benoit-2jpg

Puissent les élèves de l’école avoir retenu la leçon

Mlle Guérin, l’autre enseignante écrivait:

« La mobilisation s’est effectuée avec beaucoup de célérité. Le télégramme officiel est arrivé au bureau de poste de Cabriès le samedi à 8 heures. Le Maire a été prévenu. Le crieur public est passé dans les rues du village pour l’annoncer.On a sonné le tocsin.Immédiatement les aires ont été abandonnés. Chacun s’est préparé à partir. Tous les mobilisés de la commune sont partis le jour prescrit et se sont rendus dans les casernes indiquées sur les livrets  militaires.

Il y a eu de la bonne volonté chez tous.Ils sont partis joyeux en se donnant rendez-vous à Berlin. »

Mais tous ne sont pas revenus

p6p7

 

 

 

 

Réception des nouveaux habitants

nouveaux habitants.jpg

Comme le veut la tradition instaurée depuis quelques années dans la commune, l’association « Cabriès Accueil » présidée par Mireille Mallet,  qui a souhaité la bienvenue aux participants, et la municipalité dirigée par Hervé Fabre-Aubrespy  avaient mis les  petits plats dans les grands pour recevoir les familles de nouveaux habitants ( beaucoup de jeunes couples avec leur bébé)  vendredi dernier au Château de Cabriès,  où Arnaud de Villeneuve, nouveau responsable du musée, a présenté le patrimoine communal et les œuvres du  peintre Mélik qui ornaient la salle du rez-de-chaussée, tandis que le Maire, arrivé un peu plus tard à cause des embouteillages,  faisait l’éloge de sa commune, maintenant installée institutionnellement dans la Métropole Aix Marseille Provence.